Article d'Adrien Boudet paru dans le Midi Libre le 18 septembre 2014

Le permis de recherche "Plaine d'Alès" est expiré. Pourtant, Diamoco Energy tente de le prolonger.

Le permis Plaine d'Alès (503 km2, d'Alès à Banne en Ardèche) existe-t-il toujours ? C'est la question que posent les membres du collectif anti gaz de schiste, en conférence de presse mercredi 17 septembre au bar des Amis d'Alès. Et c'est aussi la question qu'ils ont posé à la ministre de l'Écologie, du développement durable et de l'Énergie, Ségolène Royal, la troisième du quinquennat Hollande. "Les précédents ministres, Delphine Batho et Philippe Martin, nous avaient répondu. Là, c'est le silence. Depuis six mois, on n'a aucun dialogue", râle Claude Taton, du collectif.

Les permis Bassin d'Alès et Navacelles également concernés

Techniquement, ce permis de recherche en hydrocarbures non conventionnels (gaz de schiste) est arrivé à expiration le 2 avril 2014. Il avait été délivré quatre ans plus tôt, en 2010, à la société Bridgeoil. Cette même année 2010, Bridgeoil avait demandé auprès du ministère le transfert de ce permis à la compagnie Diamoco Énergy. Un transfert qui, insiste Basta!gaz, n'est pas encore effectif, la demande de mutation n'ayant pas été publiée au Journal officiel.

Or, il y a quelques mois, Diamoco Energy a déposé une demande de prolongation du permis d'Alès. D'où les inquiétudes du collectif Basta!Gaz : "Pourquoi l'Etat ne répond-il pas, alors que là, Ségolène Royal s'est faite le chantre de la démocratie participative et qu'elle veut faire voter une loi ambitieuse sur la transition énergétique ?" En dehors de l'État, ni le président du conseil général du Gard Damien Alary ni la préfecture, sollicités par Basta!Gaz, n'auraient répondu. Pour Sébastien Espagne, également membre de Basta!Gaz, "le silence est une forme de mépris".

Du sort du permis de la Plaine d'Alès pourraient également dépendre ceux de deux autres permis voisins : le permis Bassin d'Alès (société Mouvoil), qui va de Barjac à Allègre-les-Fumades, expire en mars prochain et celui de Navacelles (Eagle Energy Ltd et Petrichor France BV), autour du Mont Bouquet, en avril.

Lire le communiqué de presse du collectif Basta!Gas Alès du 15.09.2014