Interview de Philippe Martin (extrait) au Nouvel Observateur le 22.08.2013


Une des recommandations du débat sur la transition était de lancer une étude économique, sociale, climatique et écologique sur l’hypothèse de l’exploitation des gaz de schiste. Vous le ferez ?


Non, je ne souhaite pas ouvrir quelque porte que ce soit. Ma position sur ce sujet est d’ailleurs connue et ancienne. Avant d’être ministre, j’ai fait un rapport parlementaire sur les gaz de schiste.

Et je suis allé en Pennsylvanie assister en direct à une exploration, j’ai vu l’impact sur l’eau et sur l’environnement et les dégâts que cette technique de la fracturation hydraulique pouvait impliquer.

J’en ai discuté avec Arnaud Montebourg qui me dit qu’on peut trouver d’autres techniques. Mais à part la … télé transportation du gaz directement à la surface, je ne vois pas ! Même le patron de Total n’envisage pas d’autres techniques.

Et puis, mon opposition tient au fait que les gaz de schiste sont encore une énergie fossile alors que nous devons miser sur les renouvelables.


Propos recueillis par Mael Thierry, Guillaume Malaurie et Paul Quinio-22 08 2013.