Le mystère s'épaissit autour du nouveau site d'implantation de la première plate-forme pétrolière du Sud de l'Aisne.

Le vendredi 22 mars 2013 à JOUARRE, devant plus de 300 personnes, citoyens, habitants et élus, la société HESS Oil, aujourd'hui détentrice du permis de Château-Thierry, puisqu'elle a racheté les actifs de la Société TOREADOR, a indiqué qu'elle avait demandé aux services de l'Administration à délocaliser le site du Hameau de de Gillauche sur la D1, Commune de ROZOY BELLEVALLE, celui-ci présentant, d'après HESS,  certains "inconvénients".

Interrogés sur la localisation du nouveau site, le directeur de HESS Oil France et son adjoint, spécialiste des relations publiques de l'Entreprise, ne se souvenaient pas, ce soir là, de l'endroit pressenti. Il faut dire qu'actuellement, c'est plus d'une quarantaine d'emplacements que les négociateurs fonciers de la Sté HESS sont en train de chercher à travers la campagne du Sud de l'Aisne, de la Marne et de la Seine et Marne ! "Nous ne pouvons pas nous souvenir de tous les noms", nous a-t-il été déclaré, en guise d'excuses, en ajoutant, "dès demain, nous vous communiquerons par téléphone ou par mél l'endroit exact". Le négociateur foncier de l'Entreprise HESS, lui, a été plus réticent. En effet, il nous a déclaré que les demandes d'autorisation étaient en cours et que la maire de Rozoy-Bellevalle serait prévenue dès que tout cela serait officiel et nous le ferait savoir.

Nous n'avons eu aucun appel téléphonique ni aucune réponse à notre demande, malgré notre relance par mel à la Société HESS, le 28 mars dernier.

Alors, le nouveau site de la première plate-forme du Sud de l'Aisne : Rozoy-Bellevalle ou pas Rozoy-Bellevalle ? La maire sera-t-elle prévenue de la délocalisation ou de la relocalisation à un autre endroit sur son village ? Sera-t-il dans l'Aisne ou à nouveau en Seine et Marne, déjà touchée à Jouarre  et Chartronges où les plateformes sont terminées, ou bien dans la Marne, où des carottages ont déjà eu lieu à Huiron.

D'autres questions se posent : pourquoi cette délocalisation ? Quelles en sont les raisons exactes et précises ? Pourquoi une nouvelle fois, les Elus, les services de la Préfecture ne sont pas au courant ?

Rien n'a changé en deux ans et demi : toujours ce manque de transparence, de concertation avec la population.

Le soir du 22 mars à JOUARRE, lors de cette soirée d'information, il y avait les mêmes salariés de Hess qui étaient  venus à la réunion de Condé en Brie, deux ans plus tôt, parler aux Elus de la FRACTURATION HYDRAULIQUE ! Depuis, la loi du 13 juillet 2011 est passée par là et la fracturation hydraulique est interdite. Alors, comme il nous a bien été dit que la Société Hess respecterait la loi et qu'en deux ans le sous-sol du Bassin Parisien n'a pas changé, pourquoi tous ces mystères ?