Aller au contenu | Aller au menu

Actualité


Fil des billets

Questions aux pro-gaz de schiste: sont-ils climato-sceptiques ?

Article de Maxime Combes, paru sur blogs.mediapart.fr, le 04 décembre 2012.

Le débat sur les gaz et pétrole de schiste a tendance à se focaliser sur la seule méthode d'extraction, la fracturation hydraulique.Au point que les exigences climatiques sont évincées alors qu'elles imposent d'écarter définitivement toute exploration et exploitation d'hydrocarbures non conventionnels. Les pro-gaz de schiste sont-ils donc climato-sceptiques ?

En 2011, l'exceptionnelle mobilisation citoyenne contre les gaz et pétrole de schiste avait rendu les industriels et lobbyistes gaziers et pétroliers quasiment inaudibles. Depuis, il se sont bien rattrapés. Tout au long de l'année 2012, Christophe de Margerie de Total, Gérard Mestrallet de GDF Suez, Jean Louis Schilansky de l'UFIP (Union Française des Industries Pétrolières) et bien d'autres ont eu antenne et tribune ouvertes sur tous les médias dominants.

Pour lire l'article en entier, cliquez ici

Interview de Séverin Pistre, expert pour la Commission européenne sur les gaz de schiste

Extraits de l'interview accordé par Séverin Pistre, professeur d'hydro-géologie à l'Université de Montpellier à notretemps.com, le 03.12.2012.

Pensez-vous que ce gaz a un impact négatif sur l’environnement en Tunisie?

Pour l’instant le seul retour d’expérience dont on dispose est celui des USA et de manière plus récente celui du Canada. Dans les zones concernées, des problèmes environnementaux majeurs ont été notés en particulier sur la qualité de l’air, des sols, de l’eau. Je me suis rendu aux USA pour constater un certain nombre de désagréments environnementaux. Des expertises (parfois contradictoires) commencent à être publiées montrant le rôle de cette exploitation dans la dégradation de l’environnement. Toutefois, pour l’instant, le secret industriel semble avoir été un frein important à la réalisation d’études sérieuses. Ainsi, mon expérience personnelle d’hydrogéologue, ce que j’ai pu constater dans les zones d’exploitation et l’examen de publications scientifiques sur le sujet m’incitent à penser que l’exploitation de ce gaz ne présente pas les garanties suffisantes à être engagée sans impacts potentiels négatifs.


Lire la suite...

La fracturation idéologique autour de la fracturation hydraulique

Article de Gérard Médaisko paru dans le Huffingtonpost.fr, le 30.11.2012

Alors que la production de gaz des Etats-Unis vient de dépasser celle de la Russie et que le pays s'apprête à devenir, vers 2017- 2020, le premier pays producteur de pétrole du monde devant l'Arabie Saoudite et la Russie grâce à l'essor des hydrocarbures dits de schiste selon l'AIE (Agence Internationale de l'Energie), tandis que la Pologne espère atteindre une forme d'indépendance énergétique en exploitant les richesses de son sous-sol, la France continue d'ignorer bêtement le trésor enfoui sous ses pieds, à quelques milliers de mètres de profondeur: les hydrocarbures dits de schiste. Il s'agit de pétrole conventionnel et de méthane appelé communément gaz naturel.....

Pour lire l'article en entier, cliquez ici

Le groupement des pétroliers reconnaît qu'il y a eu des dérapages aux Etats-Unis

Article de Marie-Caroline Lopez paru dans La tribune.fr, le 29.11.2012

Le groupement des entreprises parapétrolières françaises, le GEP-AFTP, demande au Gouvernement d'appliquer la loi de juillet 2011, qui envisage des expérimentations sous l'égide d'une commission de suivi, non nommée à ce jour.....

Pour lire l'article en entier, cliquez ici

Le Collectif Carmen ne manque pas d'idées !

Le week-end dernier, une vingtaine de membres du collectif ont participé à un stage de mobilisation et participation citoyenne. Ils ont abordé la question de la légalité et ont multiplié les mises en situation pour apprendre à s’organiser par des actions non-violentes.

Velorution_15.09.12.JPGLe site de Rozoy-Bellevalle est en ligne de mire des pétroliers qui peuvent, légalement, à n’importe quel moment, démarrer les travaux de construction de la plate forme de Gillauche, pour rechercher du gaz ou du pétrole de schiste, le permis dit « de Château-Thierry », d’une surface de 779 km2, ayant été attribué en 2009. Sur Doue et Jouarre en Seine et Marne, qui sont sur le même permis, les plateformes sont terminées. La foreuse est attendue. Bien que la fracturation hydraulique soit interdite sauf à des fins de recherche scientifique, plusieurs demandes de permis sont toujours en instance dans l'Aisne.

Alors que la question du réchauffement de la planète et de ses incidences devient très préoccupante, l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste n’est pas compatible avec des objectifs climatiques raisonnables. Les risques sanitaires et environnementaux qui en découlent, suffisent, au nom du principe de précaution et du bon sens, à  renoncer définitivement à rechercher ces ressources, qu'il faut aller chercher à une très grande profondeur dans le sous-sol, retardant ainsi le recours à d'autres énergies moins risquées.

Ces citoyens inquiets, très respectueux du droit et issus d’univers très différents, sont déterminés à protéger leur territoire. Toutefois, indiquent les porte-paroles, Christine Lecque et Benoît Périn, "si cela devait arriver, le Collectif Carmen veillera à ce que cette opposition reste dans la légalité, comme il l'a toujours fait".

Gaz de schiste: la contamination radio-active refait surface

Article d'Yves Heuillard sur ddmagazine.com, le 25.11.12

.../...Les précisions sur le risque radioactif lié à l'exploitation des gaz de schiste sont issues d'un rapport de E. Ivan White, Scientifique au Conseil américain pour la mesure et la protection des rayonnements, ....

Pour lire l'article en entier

L'Assemblée adopte le projet de loi sur la participation du public

Article d'actu-environnement.com du 23.11.2012

Après le Sénat en début de mois, l'Assemblée nationale vient d'adopter le projet de loi sur la participation du public. Une commission mixte paritaire doit maintenant proposer un texte sur les dispositions restant en discussion.

Les députés ont adopté le 21 novembre au soir, à une large majorité, le projet de loi relatif à la mise en œuvre du principe de participation du public défini à l'article 7 de la Charte de l'environnement. Il avait été adopté à l'unanimité le 6 novembre dernier par le Sénat. Ce texte fait l'objet d'une procédure accélérée car le Gouvernement est sous la pression de quatre déclarations d'inconstitutionnalité prononcées par le Conseil constitutionnel relatives à des dispositions législatives du code de l'environnement portant sur cette question.

.../... extraits:

Dans l'attente de la réforme du code minier

Les dispositions adoptées par le Sénat visant à rendre publiques toutes les études en matière d'installations classées, ainsi qu'à soumettre l'octroi de permis de recherches et de concessions de mines à la procédure de participation du public, avaient été supprimées en commission. Un amendement de la députée Laurence Abeille (Ecologiste – Val-de-Marne) prévoyait de rétablir cette procédure pour les permis exclusifs de recherches d'hydrocarbures de schiste. Il a été rejeté dans l'attente de la réforme du code minier.

Cette réforme "ne s'en tiendra pas, sur la question de la délivrance de permis exclusifs de recherches, à proposer la mise en place d'une consultation par voie électronique durant trois semaines, justifie Delphine Batho. "Je pense que, sur cette question (…), nous pouvons avoir, quant à la consultation du public, une ambition plus grande que celle portée par les dispositions proposées, qui n'ont du reste pas leur place dans ce projet de loi".

Pour lire l'article en entier, cliquez ici

Communiqué de presse de la Coordination nationale des Collectifs anti-gaz et huiles de schiste

Soixante délégués mandatés par plus de deux cents collectifs et associations contre les gaz et huiles (pétrole) de schiste, maillant le territoire national, se sont rencontrés les 24 et 25 novembre 2012 à La Ferté-sous-Jouarre en Seine-et-Marne, et déclarent :

com-presse-25novembre.pdf

 

Capter toutes les énergies

Article du Cercle.lesechos.fr du 23.11.2012, par Rodrigue Coutouly

La question énergétique est cruciale. Depuis l'invention de la machine à vapeur, l'Humanité a construit son développement autour d'énergies capables de remplacer la force animale. On estime qu'aujourd'hui une personne, d'un pays développé, possèdent des machines qui fournissent l'énergie que développerait le travail d'une centaine d'esclaves. Or, l'essentiel de cette énergie est fourni par des combustibles fossiles en cours de disparition. Aussi, l'enjeu économique est énorme. Il faut sortir de ce système rapidement si nous ne voulons pas nous écrouler. Comment réussir alors la transition ?

Pour lire la suite de l'article, cliquez ici

Rendez-vous du Collectif Carmen en sous-préfecture le 20/11/2012

Nous avons été reçus, le 20/11 dernier à 15h,  par Virginie LASSERRE, Sous-préfète de l'arrondissement de Château-Thierry, qui avait invité  Michel VAN DEN BOGAARD, Chef du Pôle Sous-sol à la DRIEE d'Ile de France et, Pierre de Franclieu, Chef du service "Prévention des risques industriels" à la DREAL  de Picardie. Pour lire le compte-rendu de cette réunion, cliquez ci-dessous :

RDV_20.11_Sous_-_Prefecture.pdf

PETITION NON AU GAZ DE SCHSITE DANS L'UNION EUROPEENNE

Soyez nombreux à signer la pétition ci-jointe, mise en place par Michèle RIVASI, députée européenne, juriste en Droit de l'Environnement, membre de la Commission Environnement au Parlement européen.

Plus il y aura de signatures, plus son amendement retiendra l'attention des euro-député(e)s.

Date limite : 19 novembre 2012. Pour voir et signer la pétition, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.petitions24.net/non_au_gaz_de_schiste_dans_lue

Le Sénat commande une étude sur les gaz des chiste

Article paru sur reuters.com, le 15 novembre 2012

L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques(OPECST), composé de députés et de sénateurs, va réaliser une étude sur les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour exploiter les gaz de schiste, a annoncé jeudi le Sénat dans un communiqué.

Pour accéder à l'article, cliquez ici

Actualités du Parlement européen

Le 13.11.2012 sur www.touteleurope.eu

Le débat sur le gaz de schiste oscille entre les intérêts économiques, les considérations d'indépendance énergétique et les risques écologiques.

Pour lire l'article en entier, cliquez ici

La renaissance industrielle grâce aux gaz de schiste n'est qu'un mythe

Article de Fabrice Delaye, paru sur "bilan.ch",  le 31.10.2012

...Loin d'être une bénédiction comme on pourrait le croire, cette situation est la porte d'entrée vers l'envers du décor du miracle des gaz de schiste. Car l'abondance des gaz de schiste sert de tremplin aux politiciens comme à Wall Street pour affirmer que des prix de l'énergie parmi les moins élevés de la planète sont le prélude de la renaissance industrielle de l'Amérique. Mais pour le moment, ce n'est qu'une promesse. Et elle repose sur des mythes.....

Pour lire l'article en entier, cliquez ici

Comment la France pourrait diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050.

Article d'Audrey Garric paru sur lemonde.fr le 09/11/2012

L'Ademe vise en premier lieu le bâtiment, secteur qui représente aujourd'hui plus de 40 % de l'énergie finale consommée en France.

La France peut atteindre le fameux "Facteur 4", c'est-à-dire diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050 par rapport au niveau de 1990. Des efforts essentiellement portés sur les logements et les transports permettraient en effet de réduire la consommation d'énergie de 20 % d'ici à 2030 et de près de 50 % en 2050. C'est la conclusion d'un exercice de prospective énergétique publié jeudi 8 novembre par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Pour lire l'article en entier, cliquez ici

|

- page 3 de 10 -